Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2015

La guimauve contre-attaque !

Maurice était un apprenti terroriste lambda. (Oui, Maurice : d'après des statistiques ethniques confidentielles du ministère de l'Intérieur, il s'agissait du prénom le plus courant parmi les apprentis terroristes) Maurice avait fait de la prison, pour des délits mineurs (violences aggravées, braquages). C'est là qu'il avait été en contact avec la lumière du véritable islam, grâce à un groupe de Suédois. Maurice avait changé peu à peu : il s'était laissé pousser la barbe, ne buvait plus d'alcool, ne mangeait plus de porc et s'agenouillait en direction de La Mecque cinq fois par jour (du moins lui et ses comparses le croyaient-ils, les gardiens, taquins, leur ayant indiqué la mauvaise direction). Libéré sur parole, Maurice avait parfait ses connaissances islamiques en regardant des vidéos de décapitation en ligne. Et puis, il y avait eu les attentats de Paris. Comme tout le monde, Maurice avait regardé BFMTV. Comme certains, il avait souri en apprenant la mort de Charb et de ses acolytes : le prophète était vengé. Du coup, Maurice était encore plus motivé pour passer à l'action et attendait impatiemment le temps de son stage en Syrie. Mais c'était sans compter sur la détermination du gouvernement français : ce dernier avait en effet très vite pris les choses en main en organisant une manifestation qui resterait dans l'Histoire, la marche des Bisounours. Devant le spectacle de tous ces gens descendus dans la rue pour brandir le slogan "Je suis Charlie" (© Joachim Roncin), Maurice avait commencé à douter : et s'il faisait fausse route ? Pour se rassurer, Maurice était allé sur Internet. Mais au lieu de visiter ses sites habituels, il avait tapé "djihadisme" sur Google et avait lu, comme premier résultat de recherche, "Tous contre le terrorisme - stop-djihadisme.gouv.fr‎", avec en sous-titre : "le Gouvernement renforce son dispositif de lutte anti-terroriste". Et soudain, Maurice avait tremblé. Mu par une force irrésistible, il avait cliqué sur le lien. Et là, tout avait basculé. Maurice avait appris comment "décrypter la propagande terroriste en vidéo" et avait découvert, atterré, qu'il avait été la victime d'un odieux processus de "radicalisation violente" : tout son idéal n'était que mensonge... Alors, Maurice avait pleuré. Après plusieurs jours de prostration dans son petit appartement de banlieue, Maurice avait décidé de consulter une spécialiste : Dounia Bouzar, experte ès maraboutisme. Avec elle, à raison de plusieurs séances hebdomadaires, il avait fini par extirper le démon djihadiste de son âme.

Aux dernières nouvelles, Maurice travaille comme videur dans une boîte de nuit de la capitale. Il a laissé son obscur passé derrière lui pour fonder une famille : il attend désormais un enfant conçu avec Gérard, épousé en première noce.

Les commentaires sont fermés.