Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2014

La vérité à la lettre

Je ne sais s'il faut rire ou pleurer de ce tourbillon qui s'est levé autour des propos d'Emmanuel Macron, lors de son interview par Jean-Pierre Elkabbach, sur Europe 1, hier matin ([7:50]). Cette nouvelle "affaire" illustre parfaitement à mon sens combien nombre de gens traitent aujourd'hui l'information de manière superficielle : en l'occurrence, il y a d'un côté les sémantophobes qui s'offusquent parce que le ministre de l'Economie a osé parler d'"illettrées", comme s'il s'agissait d'une insulte... et il y a de l'autre côté les marchands de certitude qui estiment que Macron a exprimé la vérité-vraie, sans même prendre le temps de vérifier son allégation (y a-t-il vraiment un problème d'illettrisme chez les salariées de Gad ? si oui, dans quelles proportions et à partir de quelle enquête les chiffres ont-ils été établis ?) et au-delà de réfléchir à la pertinence de l'évocation de cet élément particulier au regard de la problématique complexe du reclassement (l'illettrisme en constitue-t-il l'obstacle principal ou ne relèverait-il pas plutôt d'un alibi commode pour ne pas parler des choses qui fâchent, comme, au hasard, l'inefficacité patente de la formation professionnelle ou encore l'ampleur de la discrimination liée à l'âge ?).

En attendant un débat de qualité dans notre pays...

Commentaires

Illettrisme à 20% chez Gad, on en parlait déjà en décembre 2013 sur Europe1 : http://www.europe1.fr/france/gad-un-ex-employe-s-est-suicide-1731569

Et j'ai lu ailleurs que la direction de Gad avait pris des mesures pour aider ses anciens salariés à dépasser ce problème, ce qui prouve bien qu'il y a un problème.

Mais comme toujours, vous n'êtes pas content et fustigez la pauvreté du débat... auquel vous n'apportez rien non plus.

Bref, vous parlez pour ne rien dire. Je ne suis pas surpris, notez bien.

Écrit par : Fikmonskov | 24/09/2014

- Dans l'article auquel vous me renvoyez, le lecteur est sommé d'accepter ce chiffre de 20% jeté là en guise de conclusion sans plus d'explication, ni aucune source à laquelle puiser. Que cela remonte à décembre 2013 ne change rien à l'affaire, voire suggère que depuis cette date certains journalistes n'ont toujours pas pris la peine de vérifier la fiabilité de ce chiffre.

- Il est tout à fait exact que la direction de Gad a mis en place un dispositif pour pallier à l'illettrisme de certains de ses employés. Selon Olivier Le Bras, qui fait partie de la commission de suivi du reclassement des salariés licenciés (cf. l'article mis en lien dans mon billet), ce dispositif a concerné 41 personnes sur les 889 licenciées, soit un taux de... 4,6%. Même si certaines personnes ont pu passer entre les mailles du filet, on est très loin du taux de 20% annoncé par quelques-uns et que vous avez repris sans discernement comme un fait établi.

- Même en admettant le chiffre de 20% de personnes frappées d'illettrisme parmi les licenciées de Gad, cela signifie, en bonne logique, que les autres personnes, soit 80% de l'effectif considéré, ne souffrent pas d'illettrisme et par suite que ce dernier ne constitue pas l’obstacle principal au reclassement de tous ces gens. Cela signifie également que lorsque Monsieur Macron qualifie les salariées de Gad d'"illettrées", il ne parle pas du tout "en vérité", mais procède au contraire à une terrible simplification pour donner l'illusion d’apporter une solution à un problème complexe – en prenant en outre grand soin de ne surtout pas aborder les sujets qui fâchent.

- Qu'un citoyen lambda comme vous, Fikmonskov, ne fasse pas ce travail d'analyse minimal, passe encore, car cela n'a finalement aucune incidence. Que des journalistes tombent dans le même travers me semble déjà nettement plus préoccupant. Qu'un ministre en exercice cède à une telle facilité m'est tout bonnement insupportable.

Écrit par : Agg | 25/09/2014

"Cela signifie également que lorsque Monsieur Macron qualifie les salariées de Gad d'"illettrées","

Il n'a pas dit ça. Il a dit : "Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées."

Vous l'accusez à tort, donc, sans avoir manifestement pris le temps "de vérifier la fiabilité" de vos sources.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais, hein.

Écrit par : Fikmonskov | 25/09/2014

Assez d'accord avec Agg sur ce coup.

Je ne vois pas en vertu de quoi le taux d'illetrisme serait plus élevé la-bas que la moyenne nationale. Est ce que la scolarisation des enfants n'est toujours pas arrivé en Basse-Bretagne ?

M'enfin, comme aucun d'entre nous n'avons les sources précises sur ce sujet, on peut encore tourner en rond pendant un moment.

Notons tout de même la logique sous-tendue de ce discours qui voudrait que l'entreprise rattrape ce que l'école n'a pas su faire (l'illettrisme). L'Education nationale devient décidemment un machin de plus plus en cher....

Écrit par : Dumet | 25/09/2014

@Fikmonskov

>> Une fois encore, je vais faire le travail que vous n'avez pas fait en décortiquant les propos du ministre.

"Il y a dans cette société une majorité de femmes" : c'est faux. Selon Olivier Le Bras, ancien délégué syndical de Gad Lampaul, au bilan social 2013, il y avait 39% de femmes dans cette société. (Source : www.letelegramme.fr/bretagne/gad-le-nombre-de-personnes-illettrees-est-marginal-17-09-2014-10344611.php )

"Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées." : c'est faux également. En toute rigueur, personne ne connaît le taux d'illettrisme au sein de l'entreprise Gad, faute d'enquête systématique. Néanmoins, le dispositif de formation mis en place par l'entreprise pour remédier à ce problème indique, comme déjà dit, un taux de 4,6%, ce qui corrobore les divers témoignages faisant état d'un problème réel, mais marginal.


@Dumet

"""""Je ne vois pas en vertu de quoi le taux d'illetrisme serait plus élevé la-bas que la moyenne nationale. Est ce que la scolarisation des enfants n'est toujours pas arrivé en Basse-Bretagne ?"""""

>> Il peut y avoir des disparités régionales. Ainsi, selon l'enquête Information et Vie Quotidienne 2011-2012 réalisée par l’INSEE en partenariat avec l’Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme, le taux d'illettrisme en Ile-de-France est de 5%, mais passe à 11% dans le Nord-Pas-de-Calais (Source : http://www.anlci.gouv.fr/content/download/1372/29017/version/1/file/PLAQUETTE_CHIFFRES_JANVIER+2013.pdf ). Cela dit, personne n'a mené d'enquête en Basse-Bretagne ce qui devrait, à tout le moins, inciter à la prudence, à plus forte raison lorsqu'on est un ministre en exercice censé connaître ses dossiers...

"""""M'enfin, comme aucun d'entre nous n'avons les sources précises sur ce sujet, on peut encore tourner en rond pendant un moment."""""

>> J'apporterais une nuance : s'agissant de l'entreprise Gad, nous disposons du taux de personnes ayant eu recours au dispositif de formation idoine : 4,6%.

"""""Notons tout de même la logique sous-tendue de ce discours qui voudrait que l'entreprise rattrape ce que l'école n'a pas su faire (l'illettrisme). L'Education nationale devient décidemment un machin de plus plus en cher...."""""

>> A l'évidence, ce n'est pas Emmanuel Macron qui aura le courage de dégraisser le "mammouth". Ni Najat Vallaud-Belkacem, a priori...

Écrit par : Agg | 25/09/2014

"Je ne vois pas en vertu de quoi le taux d'illetrisme serait plus élevé la-bas que la moyenne nationale. Est ce que la scolarisation des enfants n'est toujours pas arrivé en Basse-Bretagne ?"

Où vivez-vous ? Je serais prêt à parier que vous vivez dans une grande ville.

Je connais en Normandie un village où certains enfants de l'école ne sont jamais sortis de leur village, et n'ont jamais vu la mer, qui est pourtant à 10 kilomètres à peine.

J'ai travaillé dans un journal en Normandie, et je peux vous assurer que 50% des correspondants locaux ne savaient pas écrire une phrase correcte.

Il y a encore des campagnes où les gens parlent à moitié français, à moitié patois, partout en France.

La moyenne française est la moyenne des grande ville et de ces endroits-là. Il n'est guère étonnant qu'il y ait des disparités hallucinantes d'un endroit à l'autre.

---

Ok, Macron n'avait pas les chiffres, et ? Ça ne change rien au fait qu'il n'a pas dit que TOUTES les femmes étaient illettrées, ce que vous avez prétendu.

Il a pointé du doigt le fait que 1. les femmes ont souvent plus de mal à trouver un boulot ; 2. les illettrés aussi. Alors ceux qui sont les deux ont encore plus de mal, et il faut leur trouver des solutions, comme, par exemple, le permis facilité.

Ben oui, parce que c'était ça l'objet de son discours, quand mêle, hein : trouver des solutions. Mais ça, manifestement, tout le monde s'en fout, et préfère l'accuser d'avoir dit des choses qu'il n'a jamais dites. Vous en tête, donc.

Écrit par : Fikmonskov | 26/09/2014

@Fikmonskov

"""""Ok, Macron n'avait pas les chiffres, et ?"""""

>> Et Monsieur Macron est un ministre de la République dont les citoyens peuvent attendre légitimement qu'il connaisse un minimum les dossiers dont il a la charge. En l'occurrence : deux phrases, deux erreurs factuelles.

"""""Ça ne change rien au fait qu'il n'a pas dit que TOUTES les femmes étaient illettrées, ce que vous avez prétendu."""""

>> Merci de me citer le passage exact où j'aurais prétendu une telle chose...

"""""Il a pointé du doigt le fait que 1. les femmes ont souvent plus de mal à trouver un boulot ; 2. les illettrés aussi. Alors ceux qui sont les deux ont encore plus de mal, et il faut leur trouver des solutions, comme, par exemple, le permis facilité."""""

>> Outre que vous vous livrez là à une interprétation toute personnelle des propos de Monsieur Macron, loin de ce qu'il a effectivement dit et que j'ai décortiqué dans mon précédent message, les deux points que vous mettez en avant sont également sujets à caution et ne font qu'apporter de l'eau à mon moulin : 1. Selon l'Observatoire des inégalités, depuis la crise de 2008, ce sont les hommes qui sont plus frappés par le chômage que les femmes. (Source : http://www.inegalites.fr/spip.php?article1122 ). Pour soutenir l'affirmation que vous prêtez à Macron, il faudrait par ailleurs disposer de données beaucoup plus fines sur le taux de chômage des femmes selon le secteur d'activité, la région et l'âge. Autant d'éléments que vous ne fournissez pas. 2. Selon l'Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme : a) 51% des personnes en situation d'illettrisme sont dans l'emploi et b) seulement 39,5% des personnes en situation d'illettrisme sont des femmes. (Source : http://www.anlci.gouv.fr/content/download/1372/29017/version/1/file/PLAQUETTE_CHIFFRES_JANVIER+2013.pdf ) ...

"""""Ben oui, parce que c'était ça l'objet de son discours, quand mêle, hein : trouver des solutions. Mais ça, manifestement, tout le monde s'en fout, et préfère l'accuser d'avoir dit des choses qu'il n'a jamais dites. Vous en tête, donc."""""

>> 1) La direction de Gad n'a pas attendu Monsieur Macron pour mettre en place un dispositif de formation à destination des personnes en situation d'illettrisme. Notre cher ministre n'apporte donc que du réchauffé, qui plus est en s'appuyant sur une ignorance patente du sujet, ainsi que je l'ai montré. Quant aux véritables problèmes liés au reclassement des licenciées de Gad, il ne les a tout simplement pas abordés. 2) Je n'ai jamais accusé Monsieur Macron de quoi que ce soit. Je me suis contenté de partir de ce qu'il disait et d'en analyser la pertinence au regard des faits, avant de conclure que Monsieur Macron avait dit des sottises, ce qu'il a, contrairement à vous, eu l'intelligence de reconnaître.

Écrit par : Agg | 26/09/2014

Les commentaires sont fermés.