Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2014

Si Allah existe, tout est permis

Dialogue de sourds chez Franck Boizard, à propos de l'islam. Les bonnes âmes qui multiplient les précautions oratoires lorsqu'ils traitent du christianisme, ramenant les crimes qu'il a charriés au cours des siècles au rang d'accidents de parcours imputables à la faillibilité humaine, se lâchent complètement sitôt qu'il s'agit de l'islam. Là, plus de circonlocutions, plus de distinctions, plus de nuances : l'islam est intrinsèquement mauvais et doit être combattu. Et si vous osez dire que l'islam n'est pas un bloc monolithique, qu'il y a plusieurs courants, qu'il convient en outre de distinguer entre la religion, la civilisation et les fidèles islamiques et enfin que les musulmans que vous connaissez, tout en respectant les préceptes de leur foi, ne vous ont jamais accueilli avec un sabre entre les dents, c'est que vous refusez de regarder la réalité en face et que vous êtes un lâche. Vous avez l'outrecuidance de rajouter qu'une étude savante du sujet dissiperait le brouillard mental de vos interlocuteurs ? C'est qu'en sus d'être aveugle et veule, vous souffrez d'un complexe de supériorité... Bref, la vilénie habituelle, sur fond d'ignorance crasse. Je ne suis pourtant pas le dernier à critiquer l'islam et à dénoncer le sectarisme et la violence de certains musulmans. Mais il y a une différence entre réaliser une critique rationnelle à partir des faits, tous les faits et lancer un crachat de mépris terrifié sur l'ensemble des membres d'une communauté à partir de préjugés ineptes. Cette différence devient hélas de moins en moins perceptible dans un pays où nombre de citoyens refusent désormais tout net de cohabiter avec telle ou telle catégorie de la population reconnue coupable de tous les péchés. Entre les juifs qui contrôlent les médias et les banques, les homosexuels qui violent et torturent des enfants, les musulmans qui fomentent leur revanche contre Charles Martel et les élites politiques qui préparent l'avènement du nouvel ordre mondial, le conspirationniste lambda ne sait plus où donner de la tête et finit par la perdre. 

Commentaires

Bien sur qu'il y a plusieurs courants au sein de l'islam, qu'au sein d'un même courant le degré de pratique et d'observance n'est pas le même pour tout le monde. Que l'acclimatation sous les différentes cultures se fait plus ou moins différemment (je me rappelle avoir lu un article d'un imam dans je ne sais plus quel pays d'afrique noire : le pauvre homme s'arrachait les cheveux - ou la barbe - devant la capacité de ses "fidèles" à se faire un petit mix entre le coran, l'animisme et le christianisme).

Néanmoins, il me semble qu'il y a deux choses à considérer :
- d'une part, si on met à part le soufisme qui est très particulier, tous les courants se réfèrent au Coran comme parole émanant directement de la bouche d'Allah, et donc de fait non susceptible d'interpretation. Bien sur, tous les musulmans n'en tirent pas nécessairement de conséquences pratiques logiques dans leur vie, mais ca reste un principe fondateur.
- d'autre part, il y a la dynamique de groupe. Il ya plusieurs décennies, l'observance rigoriste des principes islamiques étaient ringarde même dans les pays musulmans. Aujourd'hui ce sont plutot les extremistes qui donnent le ton. Pas besoin de vous faire un dessin, il suffit d'ouvrir une télé.

La seule réponse que tente de donner nos démocraties occidentales, c'est d'intégrer économiquement cette population en partant du principe qu'en possédant un compte en banque bien fourni, un individu lambda n'a aucun intérêt à aller commettre un attentat.

Mauvais calcul semble-t-il, les auteurs des attentats du 11 septembre provenaient de la "bonne société".

Écrit par : Dumet | 31/08/2014

Je partage l'essentiel de votre analyse. L'objet de mon billet était simplement d'attirer l'attention sur un glissement qui est en train de se faire en Europe en général et en France en particulier et qui consiste à amalgamer tout et n'importe quoi à partir du moment où cela a un rapport avec l'islam. Deux remarques néanmoins sur votre conclusion :

- Il me semble que les démocraties occidentales misent plutôt sur l'attrait de la modernité – dont le confort économique, en effet, mais pas uniquement – pour apaiser les passions terroristes de quelques-uns. Et dans l'ensemble cette stratégie marchait plutôt bien, jusqu'à ce que les démocraties en question se mettent à douter d'elles-mêmes au point de trouver salutaire que leurs populations promeuvent des valeurs anti-modernistes.

- Ces mêmes démocraties apportent une autre réponse au terrorisme : la guerre. Mais là encore de bonnes âmes de plus en plus nombreuses trouvent à y redire lorsqu'il s'agit de défendre notre mode de vie, parce que la guerre, ça tue des gens (alors qu'il est bien connu que le terrorisme c'est pour de rire : les gens qui se jetaient des tours du WTC étaient des comédiens payés par la CIA).

Écrit par : Agg | 01/09/2014

Les commentaires sont fermés.