Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2014

La communion secrète

En dépit de leur apparente opposition, les conservateurs et les progressistes partagent l'essentiel, soit la croyance en l'humanité, en sa valeur intrinsèque, doublée d'un déni grandiose de sa réalité concrète. En effet, à l'instar de ces démocrates qui idolâtrent le peuple jusqu'au moment où celui-ci montre son vrai visage en votant comme il ne faut pas, les conservateurs et les progressistes tombent de haut lorsqu'ils découvrent que l'humanité ne correspond pas, loin de là, à leur idéal. Mais au lieu d'accepter les faits, ils inventent des explications ad hoc. Ainsi, côté conservateurs, on dira que l'humanité est malade, débauchée, peccamineuse et que seul un solide remède moral, fondé dans quelque ordre naturel ou divin, peut la guérir. Côté progressistes, on dira que l'humanité est immature, encore à faire, perfectible et que seule la raison, ancrée dans quelque ordre social ou politique, peut la sortir de l'obscurantisme. Et tout ce petit monde se dispute ardemment, pour savoir s'il vaut mieux dresser la bête humaine ou l'éduquer, fantasmant de la rendre enfin conforme à ses lubies. Aussi, lorsqu'un sceptique arrive, se gausse de ces gesticulations savantes et pousse le vice jusqu'à déclarer qu'il ne croit pas du tout qu'il soit possible de changer l'homme en ajoutant qu'il n'en voit d'ailleurs pas l'intérêt au regard de l'univers indifférent, il n'est pas le bienvenu : les conservateurs et les progressistes, piqués au vif, se fâchent tout rouge, crient à l'imposture et au nihilisme et chassent l'infâme sans délai.

Alors, le sceptique rentre chez lui. Sur le chemin, il écoute les oiseaux chanter et se dit en souriant que tous les contempteurs de l'humanité telle qu'elle est en constituent malgré eux la plus belle illustration. Il sait que les philosophies et les systèmes de son temps passeront, comme le reste. Arrivé à bon port, il s'assied dans son canapé et, fermant les yeux, songe au Crucifié : il faut beaucoup pardonner aux hommes, car ils ne savent pas ce qu'ils font.

Les commentaires sont fermés.