Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2014

Mauvais joueur

Après qu'il a obtenu l'absolution de la crapule du Vatican et fait marcher les journalistes sur des chemins qui ne mènent nulle part, Jérôme Kerviel en appelle à présent à la grâce du petit filou de l'Elysée. Alors bien sûr, Kerviel ne le dit pas comme ça, se voulant menaçant : vous allez voir ce que vous allez voir, le bougre connaît des gens qui vont tout balancer, pour peu que Flanby leur accorde l'immunité. Aigrefin un jour, aigrefin toujours, serais-je tenté de dire. Sauf que l'escroquerie n'est plus financière, mais sentimentale. Kerviel a triché et s'est fait gauler, mais il compte bien se refaire, avec un nouveau filon : celui du voyou repenti, désormais en lutte contre le vilain système qui l'a enfanté. Je ne sais pas qui est le plus à plaindre dans l'histoire : ce pauvre type qui joue son va-tout ou les gogos qui croient à ses boniments.

Commentaires

"Après qu'il a obtenu l'absolution de la crapule du Vatican"

C'est curieux cette aigreur, voire même en l'occurence ces insultes, qui vous viennent spontanément à l'esprit dès que la religion pointe le bout de son nez quelque part...

C'est possible que Kerviel soit un aigrefin et à vrai dire je m'en fous un peu. Tojours est-il qu'il n'a jamais rencontré personnellement le Pape, lequel bien sur ne lui a jamais donné aucune absolution. Il l'a rencontré en groupe lors d'une audience hebdomadaire comme peut le faire tout un chacun. Mais je crois que ce n'est pas le premier à avoir fait un plan communication sur ce genre de non-évènement.

Bref, vous vous êtes fait piégé par l'aigrefin.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/03/19/31003-20140319ARTFIG00411-jerome-kerviel-pour-tout-comprendre-sur-le-jugement-et-sur-l-affaire.php

Écrit par : Dumet | 18/05/2014

@Dumet

>> Vous confondez aigreur et ironie : c'est précisément le plan de communication de Kerviel que je dénonce en parlant de sa pseudo-absolution par le Pape. Quant à ce dernier, je ne vois pas ce qu'il y a d'insultant à user d'un qualificatif qui lui sied à merveille, lorsqu'on songe à son passé pour le moins trouble à la grande époque de la dictature militaire en Argentine, jusqu'à son élection surprise en plein scandale de l'IOR et alors même que Benoît XVI œuvrait à l'assainissement de cette institution – sans évoquer sa comédie anti-libérale qui ravit conjointement la populace et la petite caste jacassante par chez nous. Pendant ce temps, loin du spectacle médiatique, la mafia italienne se frotte les mains : les affaires reprennent.

Écrit par : Agg | 18/05/2014

Mouais...

je ne suis pas un grand fan du pape François, mais enfin si vous avez des sources sûres de son alliance objective avec la mafia (puisque c'est ce que vous insinuez) ou de sa collaboration avec la dictature, je lirai ca avec intérêt. Des sources autres que Mélenchon et consorts évidemment.

Écrit par : Dumet | 18/05/2014

@Dumet

>> Sur les liens entre le Vatican et la mafia, vous avez l'excellent ouvrage de Paul Williams intitulé "Les dossiers noirs du Vatican" (2010) ou encore, plus récemment, l'enquête (non traduite à ce jour) de Maria Antonietta Calabrò, "Le mani della mafia" (2014). Vous pouvez aussi vous reporter aux déclarations du juge anti-mafia Raffaele Cantone. Concernant Bergoglio lui-même, je n'ai pas de source, mais une forte présomption en dépit de l'étendard de lutte contre le crime organisé qu'il agite, à partir du constat de l'étrange coïncidence entre le moment de son élection et la soudaine reconnexion de l'IOR au système Swift. Quant à la collaboration de notre bon pape avec la junte militaire en Argentine, vous avez les travaux du journaliste Horacio Verbitsky et les accusations, avec suites judiciaires, d'Estela de la Cuadra (mouvement des Grands-Mères de la place de Mai).

A la lumière de tout cela et sans bien sûr y réduire l'Eglise, même un athée comme moi a un goût amer en bouche.

Écrit par : Agg | 18/05/2014

Pour le volet argentin, on attendra les suites judiciaires de ce mouvement des Grands-Mères pour tenter d'en savoir plus.

Pour la connivence entre Bergoglio et la Mafia, votre forte présomption se heurte tout de même à un léger souci de calendrier : La reconnexion au système Swift a eu lieu le lendemain de la démission de Benoit XVI. Donc avant l'élection du cardinal argentin.

Evidemment, on peut imaginer que l'élection était truquée et que de toute facon le candidat de la Mafia serait élu. On peut imaginer plein de choses... Mais on sort un peu du rationnel.

Écrit par : Dumet | 20/05/2014

@Dumet

"""""Mais on sort un peu du rationnel."""""

>> Ah bon ? Mais dans quel monde vivez-vous ? Sans même parler de trucage, il n'y a rien que de très attendu à ce que les cardinaux chargés d'élire le prochain pape votent en fonction de leurs intérêts propres, comme c'est le cas dans tout groupe humain – et à plus forte raison lorsque pouvoir et argent sont en jeu. Ce qui est irrationnel, c'est de croire qu'au prétexte de leur caractère religieux, ces messieurs du Vatican seraient exempts des vices affligeant le commun des mortels.

Écrit par : Agg | 21/05/2014

Je ne dis pas que c'est impossible en soi (j'ai moi-même évoqué ce cas de figure).

Mais vous n'en savez fichtrement rien et moi non plus, sauf si vous me prouvez que vous étiez caché dans la chapelle Sixtine pendant les différents tours de l'élection du pape. Donc après on rentre dans la discussion de comptoir de bistrot. Maintenant si ca vous fait vraiment plaisir de penser que le pape déjeune avec la Mafia une fois par semaine, ne vous privez pas. Il n'y a pas de mal à se faire du bien.

Écrit par : Dumet | 21/05/2014

@Dumet

>> Je vous trouve de mauvaise foi. Il me semble vous avoir fourni des sources à l'appui de mon propos. Si le sujet vous intéresse, je vous conseille en particulier le bouquin de Williams : le bonhomme est à la fois docteur en philosophie et titulaire d'un master en théologie ; il a par ailleurs travaillé de longues années avec le FBI. Quant au Pape François, je ne crois pas avoir dit qu'il faisait partie de la mafia, ni même qu'il s'acoquinait avec elle, je m'interroge simplement sur son élection soudaine et un certain nombre des changements qui l'ont accompagnée. Et je reconnais bien volontiers éprouver une défiance spontanée envers quiconque prétend jouer le rôle d'autorité spirituelle, ce qui bien sûr n'arrange rien à l'affaire.

Écrit par : Agg | 22/05/2014

Les commentaires sont fermés.