Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2014

La croix, le croissant et l'effrontée Marianne

Discussion intéressante chez Franck Boizard à propos de la réponse à apporter face à l'envahissement progressif du territoire national par l'islam. Selon notre limeur, le salut des Français se trouve uniquement dans un retour au christianisme, la foi des ancêtres étant censée triompher de la foi des nouveaux arrivants. Je ne partage pas du tout cette analyse. D'abord parce que force est de constater que le christianisme, certes historiquement affaibli dans l'un des pays les plus athées au monde, se porte néanmoins de mieux en mieux par chez nous, précisément parce que bon nombre de mes concitoyens, pris par la complexité du monde comme des lapins dans les phares d'une voiture, se terrent de plus en plus dans le clapier chrétien... ce qui ne fait pas reculer l'islam d'un iota, tout simplement parce que le christianisme guerrier d'antan n'existe plus depuis belle lurette, ayant cédé la place à une sorte de religiosité molle et sentimentale, marquée au fer rouge de la "fraternité universelle" (Nostra aetate, 1965). Ensuite parce qu'opposer la foi chrétienne à la foi musulmane, c'est se tromper de cible : l'enjeu n'est pas qu'une foi défasse l'autre, au prix d'un regain d'archaïsme, mais que la foi musulmane se dissolve dans la République, comme la foi chrétienne en son temps. Sur ce point, il faut d'ailleurs rappeler aux amnésiques que la laïcité n'est pas apparue dans notre pays un beau matin par la bonne volonté de l'Eglise à se soumettre aux nouvelles résolutions de l'Etat, mais qu'elle a été arrachée par ce dernier à la première au terme d'une lutte sans merci. La seule différence, concernant l'islam, c'est qu'il s'agit d'une religion importée et qu'il convient par suite d'abord de lui accorder la place qu'elle mérite en vertu du respect de la liberté religieuse... sans transiger pour autant sur le respect de la laïcité. C'est à mon avis seulement dans la tenue de cette double exigence que les mosquées se fondront dans le paysage multiculturel et que les musulmans deviendront des croyants comme les autres. Evidemment que c'est un pari ! Mais je suis toujours surpris par la manière dont les Français considèrent leur propre culture, comme s'ils voulaient donner raison aux islamistes : ainsi serions-nous en pleine décadence et n'aurions-nous rien de mieux à offrir aux intégristes que leur attente impatiente des délices d'Allah. Faut-il se vautrer dans la haine de soi pour ne pas voir combien notre modernité attise jusqu'au désir des plus fanatiques, ainsi qu'en attestent ces crachats de mépris terrifié qu'ils nous adressent et qui fleurent bon le refoulé !

Les commentaires sont fermés.