Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2014

Habemus sanctos

Les Jean-Jean canonisés et voilà que Manuel Valls, Premier sinistre en exercice de la France laïque, accourt au Vatican. Silence radio chez les commentateurs du net qui n'ont habituellement – et à juste titre – pas de mots assez durs contre les génuflexions de notre République à destination de telle ou telle communauté religieuse. Pas de réaction non plus de la part des membres de la classe politico-médiatique hexagonale, à l'exception notable de Mélenchon qui, une fois n'est pas coutume, ouvre sa gueule à propos.

A croire que la fille aînée n'a pas encore coupé le cordon.

Commentaires

La France est encore un peu chrétienne et vu ses exploits contre la Manif pour tous, Valls a dû se dire que ça ne coûte rien d'y aller pour donner des gages de pluralité confessionnelle, à moins qu'il ait reçu des consignes. Quant à Mélenchon...

Écrit par : Pharamond | 27/04/2014

@Pharamond

>> En toute rigueur, la France n'est plus chrétienne depuis la loi de 1905. En revanche, la France compte toujours de nombreux citoyens de confession chrétienne, oui. Quant à la Manif Pour Tous, elle fut à mon avis une parfaite illustration de cette confusion entre le politique et le religieux : s'opposer au mariage *civil* entre personnes de même sexe au prétexte de telle ou telle conception *religieuse* du mariage (au demeurant tout à fait respectable, là n'est pas la question), c'est ne pas saisir et/ou bafouer de manière flagrante le principe de laïcité. J'aurais mieux compris que la foule se déchaîne si l'Etat s'était mêlé de régler par le droit la question des mariages religieux. En l'occurrence, j'ai surtout compris que derrière la façade d'une acceptation de l'Etat laïc, les diverses communautés religieuses travaillaient en souterrain à l'avènement d'un ordre social particulier, conforme à leurs oukases respectifs – et d'ailleurs concurrents, passons. Nous en sommes encore là, en 2014.

Écrit par : Agg | 27/04/2014

Les commentaires sont fermés.