Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2014

Dresser le nègre

L'ingratitude du système politico-médiatique envers Dieudonné frise l'indécence : au lieu de lui donner la légion d'honneur pour avoir su canaliser, par l'humour, la méchante envie populaire d'enfourcher quelques têtes au bout d'une pique, comme au bon vieux temps, nos seigneurs et maîtres ont décidé de l'abattre. Sans doute ont-ils estimé qu'à force de lui lâcher la bride, le mulâtre a fini par prendre confiance au point de l'ouvrir un peu trop. Les coups de fouet fiscaux et pénaux n'ayant pas suffi, ses majestés ont finalement opté pour la censure pure et simple, avec mise à l'épreuve : la version camerounaise d'Hitler ne pourra espérer revenir dans le sérail du show-biz qu'après avoir retrouvé la drôlerie de ses débuts, lorsqu'il officiait avec Elie, son camarade d'une origine qui n'a absolument rien à voir avec tout ça... enfin je me comprends.

Bref, "l'affaire Dieudonné", ça rappelle quand même l'époque bénie des champs de coton, où les nègres ne faisaient pas chier les honnêtes gens avec des histoires à dormir debout (du conspirationnisme, a même dit Nabe chez Taddeï ; pâlot, d'ailleurs, le Nabe : mange-t-il à sa faim tous les jours ?) sur le poids politique de certains communautarismes au sein d'une République qui, en principe, n'en reconnaît aucun.

Commentaires

Ah oui, j'ai vu Nabe chez Taddéi hier : trop drôle ! Il est sorti de la liste de Cohen mais c'était pour cracher sur ses petits camarades. Lui qui avait commencé sa carrière par un antisémitisme délirant et éructant... Mais quand il a l'occasion de mettre son style imité de Céline au service de la liberté, non, c'est le moment qu'il choisit pour tourner sa veste. Piteux !

Écrit par : Franck Ferdinand | 11/01/2014

Le plus ironique, pour ce pauvre Nabe, c'est qu'il ne sera jamais en odeur de sainteté, quelque effort qu'il fournisse. Cela dit, chapeau bas à Taddeï pour la mise en scène de l'entretien avec ce "cerveau malade". Pour reprendre le jargon de Dieudonné : Taddeï a glissé une superbe quenelle à Cohen.

Écrit par : Agg | 12/01/2014

Les commentaires sont fermés.