Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2013

De l'imbécillité de certains primates

Adolf_taubira_singe_racisme_antianimal.jpgMichel Audiard faisait dire à Lino Ventura, dans un film célèbre1 : "les cons ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît". Eh bien ils ont osé. Comme si le vacarme médiatique autour de ce qu'il est désormais convenu d'appeler "l'affaire Taubira" n'avait pas suffi, ces derniers jours. Les cons en ont rajouté une couche, avec une tribune du Journal du Dimanche signée par Jeanne Moreau et quelques autres personnalités et brillamment intitulée "Nous sommes tous des singes français". Jaloux, Bernard-Henri Lévy a souhaité montrer que lui aussi pouvait être capable d'une connerie intersidérale en lançant une "mobilisation"2 (sic) d'intellectuels et d'écrivains germanopratins, avec Madame Taubira en guest star. Bref, la machine de guerre "antiraciste" tourne à plein, comme à la vieille époque de Tonton, juste après qu'il a renoncé à "changer la vie" des Français au profit d'une politique libérale dont on sait le funeste succès3.

Le plus drôle, dans toute cette sottise, étant la négation honteuse de nos origines : l'espèce humaine appartient effectivement au règne animal et plus précisément à l'ordre des primates4. Les cons seraient-ils créationnistes ? Une enquête à suivre.

 

1. Les Tontons flingueurs (1963), de Georges Lautner.

2. Comprendre : petits fours, champagne et échange des derniers potins mondains, le torse bombé de vertu.

3. Et c'est bien là que le bât blesse, dans ce vomi d'indignation dont une éternelle classe politico-médiatique nous éclabousse : celle qui a le pouvoir, c'est Taubira, pas les anonymes qui la combattent. Que ces derniers recourent aux attaques les plus viles témoigne de leur état de désespérance face à une ministre autiste. Quant au racisme proprement dit, Madame Taubira expérimente un juste retour de manivelle, après sa loi inique sur l'esclavage, raciste par essence, en tant qu'elle fait des seuls blancs les coupables de traites négrières étrangement réduites à la traite atlantique et aux colonies.

4. Les singes correspondant à un genre zoologique qui n'a plus cours.

Les commentaires sont fermés.