Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2013

Injure et injure

Comme elles sont indignées, toutes ces belles âmes, suite aux attaques contre Taubira ! Branle-bas de combat, la République est en danger ! Tout ça pour... quoi, finalement ? Une candidate FN faisant un amalgame douteux sur sa page Facebook1, une gamine mal élevée lançant une insulte vieille comme le monde lors d'une manifestation2 et un journal en mal de publicité titrant sa une de façon ironique3. Moi je veux bien qu'on monte ces petits faits en épingle pour les transformer en affaire d'Etat, mais je m'étonne que les pucelles effarouchées qui participent à l'exercice aient la mémoire aussi courte. Avant même que Sarkozy ne soit Président de la République, il reçut un qualificatif qui ne le quitta plus et fut repris par la France entière : "le nabot", soit, si je ne m'abuse, une injure sur la base d'une caractéristique physique. Quelque intellectuel poussa le vice jusqu'à le comparer à Pétain4, ce qui n'est guère plus aimable, voire se révèle franchement diffamatoire. Ségolène Royal, quant à elle, fut affublée longtemps du surnom de "Bécassine", ne rendant pas vraiment hommage à son intelligence. Et puis, il y a Le Pen : caricaturé tour à tour en boucher sanguinaire, en SS, en Hitler, ou, version animalière, en bouledogue haineux à la mâchoire démesurée5. A l'époque, silence assourdissant de ceux-là même qui montent au créneau aujourd'hui pour défendre Taubira. Aussi, naïf, je ne comprends pas : ou bien on s'indigne face à toutes les injures, ou bien on ne s'indigne d'aucune, mais on ne s'indigne pas à la tête du client, si j'ose dire, ce qui relève du travers même que les ligues de vertu entendent combattre : le délit de faciès.

 

1. Anne-Sophie Leclère, exclue du FN depuis et dont le racisme ne me paraît pas avéré. Il suffit de voir l'extrait du reportage à l'origine du "scandale" pour s'en rendre compte : elle dénonce l'arrogance et la brutalité de Taubira, la dépeignant comme une "sauvage" (sic), d'où la comparaison avec un singe. Rien à voir avec l'ascendance de notre Garde des Sceaux. 

2. A voir ici. C'est injurieux, à l'évidence. Et surtout bête et méchant, comme des gosses savent l'être. Maintenant, est-ce raciste ? Ce qui me gêne, c'est le raisonnement : si comparer quelqu'un à un singe est raciste, alors ça l'est quelle que soit la race de ce quelqu'un. Or l'argument des antiracistes consiste fort étrangement à dire que ce n'est raciste que lorsque la comparaison s'applique à une personne de race noire. Quand on sait par ailleurs qu'une telle comparaison a toujours été monnaie courante, en particulier à l'encontre de personnalités politiques, on reste songeur face la bronca actuelle.

3. L'hebdomadaire Minute, dont la une d'hier présentait une photo de notre ministre de la Justice, accompagnée du titre suivant : "Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane" (). On peut ne pas trouver ça drôle, mais de là à dire qu'il s'agit de racisme patenté, il y a un sacré fossé à franchir et c'est celui du raisonnable.

4. Alain Badiou, dans son ouvrage intitulé De quoi Sarkozy est-il le nom ? (2007). Sarkozy y est également appelé "l'homme aux rats". Oh certes avec toutes les circonlocutions nécessaires pour faire passer l'insulte pour une analyse psychanalytico-philosophique.

5. Un échantillon à voir .

Commentaires

Combien de fois Morano ou MLP ont été qualifiées de truies par des militants de gauche sous prétexte d'un "faciès porcin", sans que cela choque qui que ce soit?

Quant à la une de Minute, outre qu'on ne sait pas si les singes sont si malins (certes ils expérimentent beaucoup), on remarque que la dame en question retrouve effectivement la banane puisqu'elle a un tremplin pour parler de son seul sujet de prédilection: l'esclavage, le racisme, l'arrogance et la nécessaire repentance des Blancs, en attendant leur extermination.

Écrit par : Le blaireau-garou | 14/11/2013

Je viens de voir sur votre blog que nous avons eu la même idée au même moment. ;-) Sinon, tout à fait d'accord avec votre commentaire, comme je l'indique dans le titre de cette note, il y a injure et injure, seules les personnes adoubées par le système ayant l'heur d'être défendues médiatiquement. Quant à Madame Taubira, je ne doute pas en effet que l'Histoire la retiendra comme une importante actrice de la disparition programmée de notre civilisation.

Écrit par : Agg | 15/11/2013

J'ai d'ailleurs l'impression que nous avons été les deux seuls énergumènes:
-assez courageux pour répondre de plein fouet à l'offuscation collective sciemment manipulée;
-assez désoeuvrés pour accorder un tant soit peu d'importance à ce grossier personnage.

Les lecteurs jugeront.

Écrit par : Le blaireau-garou | 15/11/2013

Article 1 : Notre camp a toujours tort.

Articles suivants : Se référer à l'Article 1.

Écrit par : Pharamond | 17/11/2013

@Le blaireau-garou

>> Nous sommes des avant-gardistes, unfan.


@Pharamond

>> Damned ! Moi qui croyais que ma liberté de penser était un droit fondamental. C'est juste un tube de Florent Pagny, alors ?

Écrit par : Agg | 17/11/2013

Les commentaires sont fermés.