Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2013

J'ai testé le journalisme de Canal ordinaire

Explorant Internet en quête de nouveauté, je tombe sur ce site. J'y apprends que Canal ordinaire est "un collectif de journalistes indépendants basé en Belgique" dont la passion est "l’investigation, l’enquête, la réflexion et le journalisme de terrain" et l'ambition d'"apporter un regard original et neuf, complémentaire au travail des rédactions". Wow, ça a l'air drôlement chouette et sérieux, ce collectif. Curieux, je lis un article de Chloé Andries malicieusement intitulé "J'ai testé la Scientologie". La présentation fort attractive de ce collectif résonnant encore dans ma tête, je m'attends donc à un travail inédit, portant "un regard original et neuf" sur la scientologie en lieu et place de l'habituel compte-rendu au vitriol digne d'un jugement de l'Inquisition cher aux organes de presse. Las, je suis vite détrompé. Rien de nouveau sous le soleil des minorités spirituelles vues par les journalistes : d'énormes lacunes dans le traitement des faits signant un parti pris évident, celui de la lutte contre les "sectes". Puisque le cadre le permettait, je n'ai pu résister au plaisir de commenter cet article. Ayant la quasi-certitude que ma prose sera censurée sur le site de nos valeureux "indépendants" (pour l'heure, mon commentaire est en attente de modération...), je la cite ici, in extenso. Je précise, si d'aventure d'aucun(e)s parmi mon lectorat se posaient la question, que je ne suis pas scientologue ni n'envisage de le devenir. Si j'ai produit ce petit texte, c'est par amour de l'art et rien de plus. Néanmoins, si des scientologues passant par là trouvaient quelque talent à ma critique et envisageaient de requérir mes services, qu'ils soient avisés que je n'ai rien contre, mais que je prends très cher.

Quelques questions et remarques après lecture de cet article :

- N'y a-t-il pas un problème dans le principe même de cette enquête ? On peut tester une voiture ou un nouveau rouge à lèvres, mais comment peut-on tester une religion, c'est-à-dire faire l'expérience plénière de ce à quoi elle réfère et en même temps prétendre en rendre compte objectivement à la manière d'un anthropologue ? Ce grand écart méthodologique ne serait-il pas la cause de votre malaise, chère Chloé ?

- Les engrammes : vocabulaire remanié du refoulé psychanalytique et du réflexe conditionné béhavioriste, deux concepts qui, à ma connaissance, ont toujours pignon sur rue dans le champ psy... Ca devient non recevable quand ce sont les scientologues qui le disent dans leur terminologie propre ?

- L’électropsychomètre : un galvanomètre qui mesure la réaction électrodermale d’un individu et permet ainsi d’évaluer son niveau émotionnel. La psychologie et plus largement les neurosciences en font encore des travaux : nuls et non avenus dès lors que les scientologues s'en servent ?

- L'audition : rien d'extraordinaire là non plus. Dans le même genre, vous avez l'EMDR, une thérapie d'origine américaine (Shapiro, 1987) qui prétend elle aussi libérer les personnes en souffrance de la charge traumatique de leurs souvenirs, publications scientifiques à l'appui. Hubbard, précurseur de l'EMDR ?

- Les maladies psychosomatiques : se renseigner, peut-être, sur les avancées de la psycho-neuro-immunologie (Ader & Cohen, 1975). D'un coup, les théories scientologiques deviennent moins absurdes...

- Les effectifs belges de la scientologie : j'avoue ne pas vraiment saisir votre propos, Chloé. Vous nous expliquez, dans le même article, que la scientologie est une secte au redoutable pouvoir manipulatoire... qui n'agirait que sur très peu de gens. Soit les Belges sont beaucoup plus malins et résistants à la manipulation que les autres, soit l'image de la scientologie comme secte recourant à la manipulation voire, comme dirait le bon Ted Patrick, au lavage de cerveau, est à revoir.

- Sur les dégâts de la psychiatrie : nul besoin d'être scientologue pour les découvrir. On peut même être psychiatre et s'en insurger, à l'instar d'un Thomas Szasz, cofondateur, avec l'église de scientologie, de la commission des citoyens pour les droits de l'homme (1969). Pour réaliser l'étendue des abus psychiatriques, il suffit d'enquêter. L'objet de votre prochain article, Chloé ?

- L'anonyme Roger que vous citez tout au long de votre article ne serait-il pas Roger Gonnet, ennemi juré de la scientologie depuis son éviction de celle-ci en 1982, ainsi qu'en témoigne, d'ailleurs, la tonalité monomaniaque de son site web (http://www.antisectes.net/) ? N'aurait-il pas été plus honnête de votre part, Chloé, d'inclure ces "détails" dans votre article ?

- J'aurais également apprécié que vous développiez sur cette notion de 'libre-arbitre'. Du peu que vous en dites, j'ai la furieuse impression que ma vie quotidienne est peuplée de manipulations : tenez, je viens de voir une publicité pour McDonald's et malgré mes convictions sur la mal bouffe, mes papilles en salivent. Devrais-je porter plainte contre cette multinationale pour abus de faiblesse si d'aventure je me rendais au restaurant de Ronald le plus proche de chez moi ?

- En quoi les témoignages d'anciens scientologues seraient-ils plus véridiques que les témoignages de scientologues ? Eric Besson est-il plus crédible dans son jugement sur le parti socialiste avant ou après son départ de celui-ci en février 2007 ?

- Il y a une coquille dans le nom du spécialiste que vous citez : il s'agit de Vassilis Saroglou (http://www.uclouvain.be/en-saroglou.html). Je me permets par ailleurs de donner le lien valide permettant d'accéder à un de vos précédents articles : http://canalordinaire.wordpress.com/journalistes/chloe-andries/sectes/linquietant-cest-le-cote-systematique-planifie/. Une remarque : n'aurait-il pas été plus équilibré de citer aussi un spécialiste ayant un avis différent de celui de Monsieur Saroglou ? Anne Morelli (http://www.ulb.ac.be/rech/inventaire/chercheurs/0/CH1160.html) ou Régis Dericquebourg (http://www.regis-dericquebourg.com/), par exemple et pour ne mentionner que ces deux-là.

- Finalement, je constate qu'après vous avoir lu attentivement, Chloé, je ne sais toujours pas ce qu'est une secte. Une sensation assez étrange quand je vois l'ardeur que vous avez mise à dénoncer l'aspect prétendument sectaire de la scientologie...

Bien à vous.

Les commentaires sont fermés.