Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2010

Syllogismes pour les nuls

Tous1 les trafiquants sont des Noirs et des Arabes.

Or Mouloud est Arabe.

Donc...

a) Mouloud est un trafiquant.

b) Eric Zemmour est raciste.

c) A la LICRA, on ne maîtrise même pas les rudiments de la logique.

d) A la LICRA, on est raciste2.

 

Certains pédophiles sont des prêtres catholiques.

Or les prêtres catholiques font voeu de chasteté.

Donc...

a) La chasteté est la cause de la pédophilie.

b) Tous les prêtres catholiques sont pédophiles.

c) En bien-pensance, on ne maîtrise même pas les rudiments de la logique.

d) En bien-pensance, on est cathophobe3.

 

 

1. En fait, Eric Zemmour a dit "la plupart". Je simplifie pour les besoins de la démonstration.

2. C'est probablement ce que je trouve le plus savoureux dans cette énième dénonciation antiraciste : ce sont les dénonciateurs qui entendent dans le propos d'Eric Zemmour ce qui pourrait être éventuellement tenu pour raciste dans l'affaire, soit l'idée qu'être Noir et Arabe va de pair avec un comportement criminel.

3. Ca fait drôle de lire ce néologisme, hein ? Il se situe pourtant exactement dans la même lignée que les autres "-phobes" ("homo-", "islamo-", "judéo-") mais étrangement, on ne l'entend jamais nulle part, malgré un exercice appuyé médiatiquement de ce qu'il désigne : que fait la HALDE ?

Commentaires

Catholicophobe ça sonne un peu fleur colorée ou maladie intestinale, je te conseille cathophobe : il est encore plus court et brutal que ses deux frangins.

J'attends le procès avec impatience, sachant que le p'tit Z a dit "la plupart", soit "la plus grande partie" et que toutes les enquêtes et stat' sur le sujet prouvent ses dires...

Je pense qu'en face ils ont bien compris ce qu'il voulait dire et jouent aux cons en espérant gagner, histoire qu'on ne puisse plus dire ce genre de simple vérités terriblement malpensantes à la téloche.

Notre bon Orwell n'avait pas prévu que les camarades prolétaires du tiers-monde compteraient parmi les agents les plus zélés du Francsoc...

Écrit par : babouche | 18/03/2010

@babouche

"""""Catholicophobe ça sonne un peu fleur colorée ou maladie intestinale, je te conseille cathophobe : il est encore plus court et brutal que ses deux frangins."""""

>> Vous avez raison, j'ai fait la modif.

"""""J'attends le procès avec impatience, sachant que le p'tit Z a dit "la plupart", soit "la plus grande partie" et que toutes les enquêtes et stat' sur le sujet prouvent ses dires..."""""

>> Oui, j'attends moi aussi ce procès avec impatience. Je pense (j'espère !) que la LICRA va être déboutée, mais qu'ils ont attaqué pour le principe (du novlangue).

"""""Je pense qu'en face ils ont bien compris ce qu'il voulait dire et jouent aux cons en espérant gagner, histoire qu'on ne puisse plus dire ce genre de simple vérités terriblement malpensantes à la téloche.

Notre bon Orwell n'avait pas prévu que les camarades prolétaires du tiers-monde compteraient parmi les agents les plus zélés du Francsoc..."""""

>> L'Histoire a un sens de l'humour assez spécial. Pauvre Orwell !

Écrit par : Agg | 19/03/2010

Bonjour,
voici un livre qui met en cause la notion de "fidélité" et pourrait alimenter le débat :

"Au XXIe siècle la fidélité n'est peut-être plus la vertu que l'on croit, source de bonheur et de stabilité, mais plutôt une peur de s'ouvrir aux autres, de s'autoriser le désir et l'affirmation de soi. Et l'infidélité, ou la polyfidélité, peut se concevoir non plus comme ce fauteur de trouble dans la paix conjugale mais comme une fidélité à soi-même, à concevoir celle de l'autre, et à être en accord avec soi.
Paule Salomon explore, au travers de nombreux exemples puisés dans son expérience de thérapeute, ce continent noir et secret de l'intime et de la passion, du désir et de la jalousie. Elle tente de répondre aux questions cruciales que pose toute relation amoureuse : le fait de vivre en couple est-il synonyme d'exclusivité sexuelle, l'amour est-il monogame, tout engagement est-il synonyme d'aliénation ? Il en ressort une vision dynamique et inédite, loin des préjugés et de la culpabilité, mettant l'accent sur la liberté, l'attachement, le partage et la quête de soi.

Quatrième de couverture de "Bienheureuse infidélité" :

Héritiers de représentations ancestrales où la domination masculine était la norme, nous vivons encore sur les clichés des relations amoureuses et conjugales basées sur la fidélité, la fidélité de la femme surtout, épouse et mère au foyer tandis que l’homme pouvait entretenir des liaisons hors mariage. Mais la fidélité n’est peut-être pas la vertu qu’on croit mais plutôt une peur de s’ouvrir aux autres, de s’autoriser le désir et l’affirmation de soi. Et l’infidélité, ou plutôt la polyfidélité, peut se concevoir comme une fidélité à soi-même, à concevoir sa liberté et celle de l’autre et à être en accord avec soi. A travers de nombreux exemples puisés dans son expérience de thérapeute, Paule Salomon tente de répondre aux questions que chacun se pose : - le fait de vivre en couple est-il synonyme d’exclusivité sexuelle ? - l’amour est-il monogame ? - la jalousie est-elle un sentiment à dépasser ? - tout engagement est-il synonyme d’aliénation ?

Écrit par : LoickAnonyme | 27/03/2010

@LoickAnonyme

>> Bon, vous vous êtes à l'évidence trompé de note pour écrire votre commentaire, mais merci beaucoup pour la référence, l'ouvrage semble en effet très intéressant. ;-)

Écrit par : Agg | 29/03/2010

Les commentaires sont fermés.