Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2009

"Hanté par ses ex", de Mark Waters

Non, je ne suis pas devenu gay, ni n'ai entamé un traitement hormonal afin de me faire pousser les seins. Si j'ai décidé de faire la recension de ce qu'il faut bien appeler un chef d'oeuvre de mièvrerie, c'est justement parce que le chef d'oeuvre en question est à mon sens très révélateur de la féminisation rampante de notre société1. Je vous plante le décor : Matthew McConaughey, alias Connor Mead, est photographe pour célébrités et tombeur de ces dames de son état, conquérant puis délaissant ses proies sans aucun scrupule. Mais voilà qu'à l'occasion du mariage de son frère qu'il était bien parti pour sacrifier sur l'autel de son cynisme absolu, il reçoit la visite du fantôme de celui qui lui a tout appris en matière de séduction, son oncle Wayne, incarné par Michael Douglas. Et la leçon de morale commence : l'oncle Wayne joue ici le rôle de repoussoir, en vieux débauché aigri délivrant une sagesse du regret, tandis que les trois autres fantômes – évidemment féminins –, venant hanter un Connor Mead transformé pour l'occasion en Scrooge2 des temps modernes guimauve, montrent à ce dernier le chemin de la rédemption. Voilà l'objet du film dévoilé : la transformation d'un salaud3 en brave garçon4, par la mise au pas féminin, le tout sur fond de romantisme patenté, histoire de faire passer la pilule. Et c'est ainsi que Connor Mead déclare à son aimée : "je ferai tout ce que tu voudras, je parlerai de mes sentiments, je te ferai la cour, on fera la cuillère" (sic) (je souligne). Sans surprise, la fifille accepte la proposition de l'eunuque et le film s'arrête là. Tout est bien qui finit bien : plus une couille à l'horizon.

 

 

1. Dénoncée par Soral, Zemmour ou, à un niveau supérieur, Muray. Les trois appuyant hélas une partie de leur démonstration sur les bobards freudiens. Personne n'est parfait, je présume.

2. D'après le personnage d'Ebenezer Scrooge dépeint par Dickens, dans son Cantique de Noël.

3. Traduction : un homme, un vrai. Qui risque donc de faire de la peine à Maman et à toutes les autres.

4. Traduction : une fiotte, obéissante et servile. Qui fait plaisir à Maman et enchante toutes les autres en tant que mari idéal.

Les commentaires sont fermés.