Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2009

De l'enfant-roi à l'enfant-dieu

Demain, la France devra s'expliquer devant l'ONU quant à son respect des droits de l'enfant sur son territoire. Comme il se doit, une association1 mandatée par le monstre supranational et soutenue par une cohorte de petites assocations nationales gagnées à la cause2, a rédigé un magnifique rapport3 dénonçant les terribles régressions qui se déploieraient dans notre beau pays au regard de la CIDE4, "machin" également suprational qui participe de la déification prochaine de nos bambins. Je ne résiste pas au plaisir de vous livrer les recommandations de notre valeureuse association, avec, pour vous aider, une traduction du novlangue présenté.

- Mettre enfin en œuvre la suprématie juridique de la CIDE. Aucune loi ne doit violer ses éléments constitutifs.

>> Traduction : Français, arrêtez de faire chier avec votre histoire de souveraineté nationale. Ce n'est pas vous qui décidez, mais nous, technocrates onusiens, inspirés par les Muses planificatrices.

- Créer un grand ministère des droits de l’enfant, avec une politique globale.

>> Traduction : le statut d'enfant-roi ne suffit pas, il faut instituer sans délai le statut d'enfant-dieu.

- Se donner des moyens de suivi afin de rendre cette politique pérenne, avec des indicateurs et un renforcement des moyens de contrôle.

>> Traduction : le peu de liberté qu'il vous restait, Français, vous pouvez vous asseoir dessus ; en avant pour le grand flicage !

- Reconnaître le statut « plein et entier » d’enfant de moins de 18 ans.

>> Traduction : vous pouvez oublier la pénalisation des "enfants" criminels. L'enfant est innocent par définition.

- Elaborer « une politique cohérente au plan national d’accueil et de protection des mineurs isolés étrangers »

>> Traduction : "l'immigration est une chance pour la France" (© Stasi) et le cheval de Troie de cette chance inouïe, ce sera l'enfant étranger.

- Revenir sur le durcissement de la politique de réunification familiale des migrants.

>> Traduction : "l'immigration est une chance pour la France" (© Stasi), qu'on vous dit, alors inutile de résister, faites-vous à l'idée de la fin de la maîtrise de votre territoire.

- Remanier les orientations actuelles en matière de justice pénale des mineurs. Privilégier les mesures éducatives en milieu ouvert et donner les moyens de les mettre en œuvre sans délai, condition indispensable afin que les jeunes concernés les prennent au sérieux.

>> Vous avez bien compris ? L'enfant est innocent, par définition. La sanction, c'est mal. Il faut é-du-quer. Comment ça, ça fait des décennies que vous misez là-dessus et ça ne donne rien ? Faites un effort, que diable, vous voyez bien que l'horrible-politique-répressive instaurée par votre Président ne fait qu'aggraver les choses. Notamment avec les petits anges de banlieue, qui ne demandent rien d'autre que de pouvoir tendre la main au reste de la so-ci-été.

- Prévenir  l’entrée en délinquance en s’attachant à améliorer les conditions socio-économiques dans lesquels vivent ces enfants.

>> Pour la troisième fois : l'enfant est innocent, par définition. S'il fait le mal, c'est qu'il est malheureux et en particulier qu'il n'a pas pu s'acheter la dernière paire de Nike™ à la mode, fabriquée par un gosse de son âge à l'autre bout du monde qui, lui, n'a pas la CIDE pour le "protéger".

 

Je rêve.

 

 

1. Défense des Enfants Internationale.

2. Entre autres la FCPE et France Terre d’Asile. Vous êtes surpris, vous ?

3. A lire, ici. On préférera le résumé.

4. Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

Les commentaires sont fermés.