Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2009

Et la grippe A se grippa

Souvenez-vous : il n'y a pas une semaine, la grippe A – ainsi renommée entre temps afin de sauver les porcs1 – occupait la place de dernière menace planétaire en date ; tout soudain, une épée de Damoclès se trouvait suspendue au-dessus de chaque être humain et la crise semblait dès lors bien dérisoire. La machine spectaculaire remplit son sinistre office : l'obsessionnel pouvait suivre en direct sur Google l'évolution du fléau à travers le monde et le déploiement en conséquence2 du plan grandiose de l'Organisation mondiale de la santé sur le site d'icelle, pour ne pas évoquer les journaux et chaînes de télévision, relayant la moindre information sur le sujet3. Et puis, sans grande surprise et fort heureusement4, la montagne a semble-t-il accouché d'une souris : si la vigilance reste de mise, le spectre de la grippe A a rejoint les coulisses du théâtre médiatique, les médias s'ébaudissant désormais de la prouesse scientifique d'une équipe canadienne5 que les circonstances ont précipitée.

La célébrité est décidément une chose fragile et éphémère.

 

 

1. Le virus ayant été initialement baptisé "grippe porcine", tragique choix de mots qui conduisit à ce qu'il faut bien appeler un génocide en Egypte. Ce fut tout de même un mal pour un bien, puisque la Fondation Brigitte Bardot a pu refaire parler d'elle. Et la fête est plus folle.

2. Du moins le croyais-je naïvement jusqu'à ce que l'OMS explique par communiqué que, malgré l'énorme incertitude autour de la grippe A, il fallait surtout que les populations du globe conservent leur calme, histoire de ne pas perturber l'économie mondiale. On sent là toute la rigueur de gens pour lesquels les vies humaines passent d'évidence en premier.

3. Il serait d'ailleurs sans doute très intéressant d'évaluer la validité de l'information en question dans la mesure où tout ou presque a été dit sur cette satanée grippe A : c'est un nouveau virus, ce n'est pas un nouveau virus ; il y a un risque de pandémie, on est loin de la pandémie ; le Tamiflu ne sert à rien contre lui et puis finalement si, envoyons-en au Mexique...

4. Oui, parce que je ne me sens pas particulièrement courageux face à un virus, n'en pouvant mais. En outre, mourir de la grippe, c'est très con. Enfin, contrairement à d'autres, je ne fantasme pas sur la grande purification en mode divertissement (Pascal).

5. Le laboratoire national de microbiologie de l'Agence de santé publique du Canada à Winnipeg a complété le séquençage génétique des trois isolats de grippe A(H1N1) venant des provinces canadiennes d'Ontario et de Nouvelle-Ecosse ainsi que du Mexique. [Source : AFP, 06/05/2009]

Les commentaires sont fermés.