Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2009

L'interlude du frère Debray

Régis Debray sur le plateau du Soir3, hier soir. De passage comme il se doit parce qu'il avait quelque chose à vendre : son dernier essai, originalement intitulé Le moment fraternité. Debray fait partie de ces gens1 qui chient là où ils mangent : pendant toute l'entrevue, notre "écrivain-philosophe" déblatère contre le capitalisme, mais arbore un large sourire à la fin, lorsque le présentateur spécifie, comme prévu, la maison d'édition de son bouquin et termine avec le-verbatim-qui-déchire-grave en guise de teasing. Debray, donc, qui s'indigne de ce système2 qui a "sacrifié les hommes aux chiffres" et fait en sorte que nous nous retrouvions "coincés dans la concurrence", au nom d'un pernicieux "marché omniprésent". Bla. C'est vrai ça, donc on arrête tout et Régis, dorénavant, tu publieras à compte d'auteur, faut être fraternel, mon vieux et puis la culture ça se partage, non ? Debray parle ensuite du sacré. Machin ineffable qui rassemble, paraît-il. Sauf que chacun a le sien, quoi. Le génocide arménien, le Mur des Fédérés, le club Dorothée, c'est au post-individu de voir, mais le sacré nous dépasse infiniment : nous ne sommes que "néant à l'égard de l'infini", comme dirait l'autre3, "des crottes dans l'univers", comme dirait mon voisin après ses inhalations au bang. Blabla. Bon, Debray traite aussi des droits de l'homme, le bougre vient de découvrir que ça pouvait être la merde, les droits de l'homme, le parfait alibi idéologique du néo-colon, tout ça. Bref, Debray n'a pas seulement un train de retard, il s'est planté de gare. Enfin, le mot-clé : fra-ter-ni-té. Le téléspectateur n'échappe pas à l'incantation de Bécassine4, rediffusée pour l'occasion. Debray, tout en gardant la langue râpeuse en léchant le cul de la Poitevine Sonnée, prend de la distance vis-à-vis de Ségogo : la fraternité, c'est sérieux. Mais qu'est-ce que la fraternité en définitive ? Tenez-vous bien, vous n'allez pas en revenir : c'est "faire un nous avec les autres", "sortir de chez soi" et surtout, surtout, "tendre la main" à cet autre, là ; même que c'est justement parce qu'il est autre qu'on lui tend la main, histoire de faire la nique à l'horrible logique naturelle, voyez. Blablabla.

Vous savez désormais quoi acheter pour un minimum d'hygiène dans la cabane au fond du jardin.

 

 

1. A l'instar d'un Badiou. Oui, cette apostille est pour vous, Lapinos.

2. On ne sait pas trop lequel, mais il doit s'agir du capitalisme, puisque tout le monde le dit.

3. Blaise Pascal (1623 - 1662), dans ses Pensées (XXII. Connaissance générale de l'homme.).

4. Lors de l'un de ses spectacles, au Zénith de Paris, le 27 septembre 2008.

Les commentaires sont fermés.