Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2009

Benoît XVI vs. la Sainte Capote

Avant même de fouler le sol africain, Benoît XVI fut à la fête médiatique pour avoir dit dans son avion vers le Cameroun, en réponse à quelque journaleux, que le problème du SIDA ne se réglerait pas par la distribution de préservatifs, mais par un réveil spirituel et humain ; ménageant son petit effet, le Pape enfonça le clou – si j'ose m'exprimer ainsi – en concluant que l'utilisation de préservatifs ne faisait qu'aggraver le problème. C'était déjà trop pour la horde des bien-pensants. L'information fut immédiatement relayée et abondamment commentée, résumant désormais toute l'affaire du Pape en Afrique pour l'année 2009 et les siècles des siècles. C'est une consternation renouvelée que j'éprouve à chaque hystérie anti-Pape sur la question du préservatif. Car enfin, que voudrait-on que le chef spirituel des catholiques dise, au juste ? "Lâchez-vous, bonnes gens et sortez couverts." ?! Comme si l'Eglise devait être moderne, alors qu'elle défend des valeurs éternelles. N'est-ce pas au contraire lorsque l'Eglise refuse la modernité qu'elle est pleinement elle-même et témoigne de sa vitalité ? Et puis. Traiter le Pape de criminel parce qu'il "interdit" l'usage du préservatif, c'est lui conférer un pouvoir qu'il n'a pas : cela supposerait que le Pape dispose d'une influence psychologique telle que la moindre de ses paroles amènerait automatiquement obéissance chez ses ouailles. Mais si c'était vraiment le cas, l'Afrique ne connaîtrait pas, précisément, une telle pandémie de SIDA, puisque le Pape prône l'abstinence et la fidélité ! Deux vertus au passage implicitement recommandées par l'INPES l'année dernière dans sa campagne pré-estivale au slogan prometteur "Avant d'arrêter le préservatif, faites le test" : en effet, que garantit un résultat heureux au test de dépistage du VIH, sinon que votre partenaire, à un instant t, ne présente pas de séropositivité ? Si donc le test de dépistage du VIH se constitue ainsi en rempart sûr, c'est parce qu'il repose, bien que cela ne soit pas dit, sur la fidélité ou l'abstinence. Ah, quand l'INPES fait la promo de l'Eglise catholique... Mais revenons à nos moutons. Dans un mini-reportage télé, on se risque à une explication sur le SIDA résistant en Afrique : le préservatif, là-bas, ça ne passe pas, rejet "culturel" (atteinte à la virilité, suspicion). Rien à voir avec le Pape alors ? Enfin. Qu'a dit Benoît XVI et que personne n'a entendu ? Mieux, que personne, en post-monde, n'a pu entendre ? Qu'au lieu de sacraliser un cautère sur une jambe de bois avec l'immense publicité sanitaire autour du préservatif, ce serait peut-être une bonne idée d'arrêter de considérer autrui comme un objet de consommation sexuelle pour le voir comme un être humain ; que ce n'est peut-être pas tout à fait un hasard si l'épidémie de SIDA a émergé dans certains milieux "libérés" aux Etats-Unis, comme pour rappeler que la licence n'est pas la liberté qui elle, ne va pas sans la responsabilité. Mais le Pape a parlé en trop haute altitude pour être compris par des agitateurs englués au ras des pâquerettes.

Une prolepse, en guise de clôture : je ne suis pas catholique, ni même croyant. Ce n'est donc pas pour défendre ma chapelle que j'ai écrit ce billet. Seulement, s'il faut critiquer l'adversaire, j'aime à le faire dans les règles de l'art*.

 

* Autrement dit, pas à la Michel Onfray, dont le Traité d'athéologie est un pavé d'inepties, marquant l'ignorance crasse, qui lui valut d'ailleurs quelques justes et sévères leçons de théologie de la part de Matthieu Baumier (L'Anti-Traité d'athéologie) ou Irène Fernandez (Dieu avec esprit). Ni à la mode bien-pensante, qui ne déploie aucune critique de fond, au profit des mêmes thèmes dits contemporains et qui tournent toujours, peu ou prou, autour de la chose sexuelle, signant combien cette dernière se révèle encore problématique dans notre société.

Les commentaires sont fermés.